Mes bonnes résolutions pour l’année 2017 incluaient, entre autres : apprendre à cuisiner des bouchons, courir un 20km, et passer mon niveau 1 en plongée sous-marine. Nous sommes fin décembre, il fait trop chaud pour courir et manger des bouchons, j’ai donc décidé de rayer au moins un élément de ma liste en passant (enfin) la certification Open Water Diver SSI. Je sors tout juste de ma première plongée de certification (il y en a 7 en tout) et je me suis dis qu’il était temps d’y consacrer un premier article !

 

Pourquoi passer une certification en plongée sous-marine ?

Parce que la plongée est un sport dangereux nom d’un petit poisson clown ! Là où le plus gros risque qu’il y a à faire du volleyball c’est une entorse au poignet, en plongée, la moindre erreur peut t’être fatale. Littéralement.

Heureusement, des gens plus intelligents et plus organisés que nous ont mis au point tout un tas de procédures, pour s’équiper, plonger et gérer les accidents, afin de permettre à n’importe qui (c’est-à-dire toi et moi, mais surtout moi) d’observer les fonds marins en toute sécurité. Pour comprendre et apprendre ces procédures, rien de plus simple, il suffit de s’inscrire en club ! Et pour plonger tout autour du monde (ce qui représente 50% du fun en plongée sous-marine) il vaut mieux avoir les diplômes qui vont bien !

 

Niveau 1, Padi, Open Water Diver : quelles différences ?

En plongée, comme partout, il existe plusieurs écoles : les compétences que tu acquiers sont les mêmes, mais les diplômes sont différents. A toi de choisir ton camp.

 

  • Tout d’abord, il y a la FFESSM, la fédération française d’étude et de sports sous-marins. C’est le standard français, qui a, évidemment, des équivalences internationales. Avec la FFESSM, tu raisonnes en niveaux : 1, 2, 3 et 4 pour être moniteur.
  • Ensuite, il y a les certifications PADI, qui sont plus axées autour de la plongée récréative que de la plongée sportive. Elles sont reconnues partout dans le monde.
  • Enfin, il y a les certifications SSI : Entre PADI et SSI c’est plus ou moins même combat, il y a des équivalences entre la certification “Open Water Diver”, c’est reconnu partout dans le monde et c’est très bien pour commencer.

 

Moi je passe actuellement ma certification Open Water Diver avec SSI : c’est pas tant que j’y tenais particulièrement, mais c’est celle qui était proposée par le club chez qui je voulais la passer. Concrètement à l’issue de la formation, j’aurais une équivalence niveau 1 de la FFESSM donc BON, c’est kif-kif.

Être certifié Open Water Diver, ça veut dire quoi ?

Concrètement, ça veut dire que je suis capable de plonger en autonomie relative jusqu’à 18 mètres. Autonome, ça ne veut pas dire que je suis seule hein, en plongée on a toujours un équipier : en cas de souci, on n’est jamais seul ! Par contre, ça veut dire que je ne suis pas obligée de traîner dans les palmes du moniteur, je peux profiter de ma plongée au sein de la palanquée. Il faut donc être capable de s’équiper, de nager sous l’eau avec aisance et de ranger le matériel. Ça implique donc un peu de théorique (comprendre comment gérer sa flottabilité ou pourquoi il ne faut pas remonter comme un gros bourrin à la surface) et beaucoup de pratique !

 

plongée niveau 1 la réunion

Rendez-vous dans un prochain article pour vous raconter mes plongées de certification !

(Crédit photos : La_Reunion_Côté_Mer, comme toujours !)

You Might Also Like

Exprime-toi ici cousine !