Je vais être honnête avec vous : non seulement je ne bois pas d’alcool, mais en plus je n’ai aucun odorat. On pourrait me mettre un bâton de cannelle ou une pince à linge sous le nez que je sentirais exactement la même chose. Bon j’exagère un peu, mais vous voyez le tableau : aller déguster du rhum est loin d’être la première activité à laquelle je pense quand je me dis que je vais passer un bon après-midi.

Heureusement pour moi, j’ai des copains rhumophiles qui sont capables d’apprécier une bonne bouteille sans avoir l’impression de lécher de l’alcool à brûler. Et comme je suis curieuse, à défaut d’avoir du goût, j’avais également très envie de comprendre ce qui fait la particularité des rhums réunionnais. C’est comme ça qu’un après-midi on s’est retrouvés à visiter la Saga du Rhum à Saint-Pierre. Et je dois dire que même moi j’ai adoré !

 

La Saga du Rhum : une visite guidée qui vaut le détour.

 

La Saga du Rhum permet aux curieux de visiter une ancienne distillerie familiale (Isautier pour ne pas les nommer) qui fonctionne toujours aujourd’hui. La visite se déroule en 4 étapes :

Tout d’abord un focus sur la transformation de la Canne et la fabrication du rhum : si vous avez déjà visité Stella Matutina, ça peut faire un peu redite, mais c’est toujours super intéréssant de voir qu’à la Réunion la Canne ce n’est pas que du sucre ! La filière Canne à Sucre c’est aussi un centre de recherche, une ressource énergétique (c’est la bagasse qui produit la majorité de l’électricité de l’île !) et puis… du rhum !

Ensuite une visite éclair de la distillerie. Quand on y était, elle était en plein entretien donc la plupart des pièces étaient démontées. Mais c’est assez chouette parce qu’on voit bien qu’on est en plein dans la production, personnellement, je m’imaginais une énorme usine pour une production industrielle. En réalité, la distillerie est plutôt petite et on voit bien que ça reste une production à taille humaine.

 

saga du rhum la réunion

et c’est comme ça, les enfants, qu’on fait du rhum de qualité

 

Troisième partie : l’histoire du rhum à la Réunion. Mon côté geek a adoré cette partie pleine de petites anecdotes historiques sur la consommation du rhum à la Réunion ! D’ailleurs, j’ai appris que l’arack était l’alcool de cannes distillé par les premiers habitants de l’île… Qui a donné la rak en créole : c’est fou non ? (ou alors je suis la seule personne sur l’île à ne pas le savoir ?)

Et enfin, le moment que vous attendiez tous : la dégustation ! Même si on visite la distillerie Isautier, la Saga du Rhum est issue d’une collaboration entre les 3 principaux producteurs de rhum de l’île (Savannah, Rivière du Mât et Isautier) : tous leurs produits sont donc disponibles à la dégustation ! Si vous aimez le rhum alors ce sera l’occasion de tester tous les produits qui vous font rêver. De mon côté, je dois admettre que j’ai eu un faible pour l’arrangé caouète (justement renommé “arrangé Kinder Bueno” par notre guide) et pour les pots de “délice de canne à sucre” qui sont une sorte de confiture de lait locale, produite avec du sirop de canne et de la crème (omnomnom).

Miracle du marketing moderne, il est ensuite possible d’acheter les bouteilles que vous venez de tester dans la boutique attenante. En ce qui me concerne, j’ai acheté un pot de “délice de canne à sucre”, mais la facture a été bien plus salée pour mes copains qui ont craqué pour toutes les variations de rhum possibles et imaginables. Autant vous dire que la soirée Mojito qui a suivi était épique.

 

goûter du rhum à la Réunion

Ces hommes ont bu du rhum produit localement. Ils sont heureux.

 

Quelques anecdotes autour du rhum réunionnais pour se la péter en société.

 

La Saga du Rhum peut se visiter librement, mais c’est bien plus intéressant avec un guide ! La notre était dynamique, vive et super intéressante, et elle a contribué à 70% au plaisir de la visite ! Entre autres, au moment de la dégustation, elle a répondu à toutes nos questions les plus farfelues.

 

Quelle différence entre le rhum réunionnais et le rhum martiniquais ?

Aux Antilles, on produit du rhum, à la Réunion, on produit du sucre. La différence du coup c’est que la canne est cultivée exprès pour le rhum aux Antilles (avec des cépages comme dans le vin) alors qu’à la Réunion le rhum vient en second : les distilleries s’approvisionnent auprès des usines de transformation de la cannes. Il y a donc moins d’aromates dans le rhum réunionnais qui sera utilisé pour faire des arrangés ou des punchs plutôt que du ti’punch. Et comme disait notre guide “les métropolitains ont une mauvaise image du rhum réunionnais parce qu’ils essayent de le consommer en ti’punch !”.

Sauvez le rhum réunionnais, arrangez-le. D’ailleurs, une idée de rhum arrangé express : faites caraméliser une pomme, ajoutez-y cannelle et vanille et faites macérer 2 semaines. Il paraît que c’est au poil !

 

Ça appartient à qui le Rhum Charrette ?

C’est quand même fou qu’en presque 25 ans de vie à la Réunion je ne me sois jamais posé cette question. Eh bien pour votre gouverne, sachez que le Rhum Charrette est à l’origine un GIE (un Groupement d’Intérêt Economique) issu de la collaboration entre Rivière du Mât, Isautier et Savannah. En gros, pour être compétitifs sur le marché européen, ces trois marques concurrentes ont choisi de s’allier pour valoriser au mieux leur rhum traditionnel à 49°.

(Bon depuis les rhums Charrette ont été racheté par les distilleries Jean Châtel)

 

Quel rhum pour quelle utilisation ?

Alors attention, j’ai pris des notes pour pas me planter !

  • Le rhum traditionnel à 49° s’utilise pour faire du rhum arrangé
  • Le rhum agricole s’utilise pour le ti’punch (celui que vous trouverez en Martinique)
  • Le rhum traditionnel à 40° est plus sucré : on l’utilise pour faire punch et mojitos
  • Le rhum blond s’utilise en cuisine, c’est celui qu’on met dans les crêpes et pour faire flamber les bananes
  • Enfin, le rhum ambré, c’est le rhum qui vieillit en fût de chêne pour devenir un produit de dégustation. Enjoy !

 

rhums île de la réunion

Et toi, tu connais bien les rhums réunionnais ?

 

Informations pratiques :

Retrouvez le site web de la Saga du Rhum ici ! Le musée est ouvert du lundi au dimanche de 10h à 18h et il y a des visites guidées à 10h, 11h, 14h, 15h, 16h et 16h30. (nous était sur la visite de 14h et c’était chouette il n’y avait pas trop de monde !

L’entrée coûte 10 euros en tarif plein et 7,5 euros en tarif réduit (pour les étudiants, chômeurs, moins de 16 ans, etc).

Est-ce que la visite en vaut le coût ? Si au moins une personne dans la bande s’intéresse au rhum, ça mérite le détour : vous allez apprendre des trucs et c’est toujours intéressant de goûter du rhum avec un spécialiste pour commenter. Si par contre vous êtes une famille de Mormons, vous risquez de vous ennuyer un peu.

You Might Also Like

Exprime-toi ici cousine !