Si vous suivez régulièrement mon blog, ainsi que mon Instagram, vous aurez probablement remarqué que je passe plus de temps à barboter dans l’eau qu’à randonner (ou à ranger ma chambre). C’est bien simple, j’adore nager, plonger, kayaker, ploufploufer et tout ce qui implique à un moment ou à un autre d’être en contact avec du monoxyde de dihydrogène. Comme je suis toujours en quête de nouvelles façon originales de passer du temps dans de l’eau, j’ai été plus que ravie lorsqu’on m’a proposé, samedi soir, de faire une plongée de nuit !

Plonger de nuit, c’est une expérience très différente de la plongée de jour, non seulement ça demande beaucoup plus d’organisation, mais c’est aussi une autre façon d’appréhender ses sensations dans l’eau. BREF, j’ai adoré découvrir ça !

 

port saint gilles la réunion

On quitte le port à la tombée de la nuit !

 

Plongée de nuit vs. plongée de jour : c’est quoi qui change ?

 

La réponse va vous sembler bateau (huhuhu) mais la nuit on n’y voit rien. Concrètement, ça change la donne sur deux choses.

Premièrement du côté de l’organisation ! En plus de prévoir de la lumière dans tous les sens (pour éclairer sous l’eau, pour éclairer sur le bateau, pour avoir une lampe de secours, etc) il faut surtout bien se rappeler où est posé quoi, pour parvenir à s’équiper dans le noir sans rien oublier, et sans se casser la figure. Parce que rester debout sur un bateau qui tangue quand on n’a pas la ligne d’horizon pour se repérer, figurez-vous que c’est à peu près aussi facile que de faire du skateboard dans le noir avec les mains attachées dans le dos. Et avec le mal de mer en plus si, comme moi, tu es sensible de l’oreille interne. Pour vous donner un exemple, malgré l’organisation en amont, une de nos lampes n’a jamais voulu fonctionner, heureusement on avait un phare de secours pour s’éclairer !

Ensuite, et c’est ça le plus étonnant, plonger de nuit ça change complètement les sensations qu’on a sous l’eau. C’est beaucoup plus dur de maîtriser sa descente par exemple (dans le noir on peut avoir tendance à descendre très vite, attention aux oreilles !) ou sa flottabilité ! La flottabilité, pour rappel, c’est la capacité du plongeur à rester en apesanteur lorsqu’il est sous l’eau. Elle se maîtrise grâce au gilet stabilisateur qu’on gonfle ou qu’on dégonfle pour rester statique dans l’eau. Quand on ne voit pas vraiment où on va, on a plus vite tendance à rentrer dans des trucs. Et moi ma grande angoisse c’était de couler trop vite et de foutre des coups de genou dans du corail avant d’avoir réussi à me stabiliser correctement.

Bon en vrai, c’est impressionnant les premières minutes, mais dès que j’ai bien maîtrisé ma lampe pour regarder où j’allais et que j’ai fait confiance à mon expérience plus qu’à mes sensations, ça s’est très bien passé.

 

Comment ça dort un poisson ?

 

Je suis toujours épatée par la capacité de l’être humain à traverser son existence sans jamais s’interroger sur certains éléments de son quotidien. Ce n’est que très tardivement que je me suis demandé comment étaient faites les éponges de cuisine, ou comment dormaient les poissons par exemple. Maintenant que j’ai effectivement vu des poissons dormir, je peux vous répondre : ils dorment les yeux ouverts, parce qu’il n’ont pas de paupière. Épatant non ?

Plonger de nuit, c’est redécouvrir un écosystème qu’on n’arpente que de jour, et c’est fascinant tout ce qu’on peut y voir !

Pour dormir, les poissons ont tous des méthodes différentes. Les poissons perroquets par exemple, se cachent dans un trou et sécrètent un cocon protecteur. Les poissons clowns, quant à eux, s’enroulent dans leur anémone comme dans une couette.

 

poisson endormi

Ce perroquet, par exemple, est profondément endormi.

 

Bien sûr, la nuit, il y a aussi d’autres animaux qui sortent chasser ! J’ai vu pour la première fois des cigales de mer (qui ressemblent plus ou moins à une queue de langouste avec des yeux) et des langoustes ! Du côté des coquillages, la vie est bien plus active aussi puisqu’ils en profitent pour sortir de leur coquille et chasser ! On a eu l’occasion de voir de très gros coquillages comme ce casque rouge par exemple.

coquillage nuit la réunion

Ce coquillage de 15cm s’appelle un Casque rouge.

 

Enfin, la nuit, c’est l’occasion pour les poissons et les coraux de faire des bébés. Ben oui, il y a moins de prédateurs et beaucoup de coraux s’alignent sur les cycles de la lune pour se reproduire. Bon en l’occurrence sur cette plongée, ça ne grouillait pas d’oeufs, par contre lors de mon palier, j’ai pris le temps de regarder les toutes petites créatures (moins de 5mm) qui se promenaient dans le faisceau de ma lampe et la diversité de nos océans est renversante. Il y avait des bébés pieuvres, des petites crevettes, des crabes transparents, des vers un peu dégueu. Bref, 10cm3 d’eau, c’est largement suffisant pour s’occuper pendant 5mn.

crevette mimétique la réunion

La comatule s’ouvre dès qu’il fait nuit… Et les crevettes en profitent ! Est-ce que tu vois la petite crevette mimétique ?

 

 

Alors go ou pas go pour la plongée de nuit ?

 

En ce qui me concerne, plonger de nuit ne m’a pas plus stressée que plonger de jour. Dans les deux cas le matériel reste le même, la quantité d’eau au-dessus de ma tête aussi, et puis le fait de devoir fouiller les moindres de recoins avec sa lampe en quête de crevettes farfelues, ça m’a vraiment plu ! Par contre, je conçois, effectivement, que ça puisse être une activité angoissante. Je ne conseillerais donc pas la plongée de nuit à quelqu’un qui n’est pas à l’aise sous l’eau ou qui stresse facilement. Avoir du plaisir en plongée sous-marine, c’est encore le meilleur moyen d’éviter un accident !

 

Et toi, la plongée de nuit ? ça te tente ou pas 😀 ?

Au fait, les photos sont de mon Papa, tu peux retrouver ses plus belles images sur son Instagram, la Réunion Côté Mer. Et oui, mon père est sur Instagram. La classe non ?

ange lèvres bleues

Ce poisson-là s’appelle un “ange à lèvres bleues”. Il est de toute beauté non ?

You Might Also Like

Exprime-toi ici cousine !